AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un nouveau défi commence (pv Toxic)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ð Keiji Hanatori ð
PERFECT MEMBER

Keiji Hanatori


    La Résistance
      Catégorie 0

Messages : 290
Date d'inscription : 28/02/2011
Points RP : 108


Un nouveau défi commence (pv Toxic) Empty
MessageSujet: Un nouveau défi commence (pv Toxic)   Un nouveau défi commence (pv Toxic) Icon_minitimeDim 6 Avr - 19:57

Keiji marchait dans les rues de New York, dans le quartier de Chinatown,  buvant  les restes d’une bouteille d’alcool bon marché qu’il avait acheté dans un dépanneur en fin d’après-midi. Il était saoul, mais pas totalement, juste assez pour marcher presque droit sous le regard des passant qui l’ignorait totalement.  En même temps, il avait tout sur lui pour faire fuir les gens, un jean usé et crasseux, un t-shirt marqué de différent trou sur le torse et le cou, couvert de tâche jaune de vieille sueur et d’alcool qui rendait son odeur corporel presque insupportable et part dessus le tout, un vieux manteau sale et possiblement vivant, son ancien propriétaire devait avoir des poux ou d’autre vermine sur lui.  Sa main gauche était recouvert d’un bandage blanc rougit au niveau de la peaume et du dessus de la main, comme s’ il avait été blessé à la main.

Il marcha jusqu’à une ruelle et l’emprunta pour arriver dans une rue déserte, sauf par un chat pressé de disparaître dans un coin sombre. Keiji se rappelait une fois qu’il avait confondu un rat pour un chat, il faut dire que le rat en question se battait contre un chien.....et avait gagné !. Un mauvais souvenir a vrai dire, car il s’était aussi rappeler que le rat avait traîner la carcasse du chien jusqu’à son antre.  Il but une gorgée de son breuvage lorsqu’un petit son lui fit tourner la tête, une voiture passa plus loin,  réduisant la possibilité de réentendre le bruit a l’instant. Le couinement se fit a nouveau entendre, comme un animal blessé ou coincer quelque part. Le son était assez audible pour reconnaître le gémissement d’un chien, Keiji suivit ce qui lui semblait être la source du bruit. Il s’aventura dans un cul de sac, des conteneur d’ordure et des poubelles remplissait la zone, mais ce qui vit lui retourna l’estomac.

A ses pieds gisait, dans une marre de sang noir, une chienne. Un animal errant, vivant de ce qu’il peu trouver dans les poubelles ou chassant d’autre animaux plus petit pour les manger. La pauvre bête avait la gorge grande ouverte, de multiples entailles sur le corps fait part des griffes ou des dents, sa blessure a la gorge était la plus important car c’est de là qu’elle avait perdu tout son sang et la largueur de la blessure laissait croire qu’un autre chien en étant la cause. Une guerre de territoire ?. Keiji ne pouvait pas le savoir, mais c’était l’une des hypothèse les plus plausibles. La bête était morte depuis longtemps, mais alors qui avait gémi ainsi ?. Il regarda autour de lui, fouillant entre les poubelles et trouva finalement la source des gémissements. Un chiot, petit et trop maigre pour son age, se cachait dans un tas d’ordure. Le petit tenta de mordre a plusieurs reprise la main du japonais, mes ses petits crocs n’était pas de taille, ni la force des muscles de sa mâchoires. Le petit tremblait de froid et de peur, gémissant de plus en plus et se tortillant pour échapper a la poigne de fer du jeune homme.

Keiji avait l’habitude avec les animaux, il en avait eut plusieurs durant son existence sur terre, il en avait encore chez lui en se moment, quelque chiens, la plupart récupérer dans la rue ou acheter dans un refuge. Il surnommait sa petite meute, la bande des parias. Des animaux rejeter ou abandonner, encombrant, gênant et dérangeant le confort des autres. Chez lui, ces bêtes avaient une seconde chance, le même droit constitutionnel écrit sur le papier a Washington s’appliquait chez lui pour ses chiens, la quête du bonheur.  Keiji caressa doucement la tête du chiot avec son index, lui murmurant des paroles douces et le petit semblait finir part ce calmer. Il installa l’animal dans la poche intérieur de son manteau, histoire de le mettre au chaud le temps qu’il termine ce qu’il avait a faire ici.

Il n’était pas ici par hasard, ni dans un état second part pure plaisir, enfin pas totalement. Il était sur une enquête,  de sa propre initiative pour se prouver a lui même qu’il était encore utile a quelque chose malgré la perte temporaire de ses pouvoirs.  Laura l’aidait dans ce cas précis, mais cette nuit, il avait fait une pause. Les dieux de Ama, sa terre natal, pouvaient attendre.

Malgré l’horreur de la scène, il dut faire des fouilles autour, trouver quelque chose qui le mettrait sur une piste, un indice quelconque. Il avait entendu des rumeurs de combat de chien en activité dans la ville, la police était sur l’affaire, ainsi que la SPA, mais leur restriction budgétaire et bureaucratique les ralentissaient dans leur manœuvre. Keiji était sur cette affaire depuis quelque semaine, ses recherches lui avaient permis de retracer certain chargement de stéroïde donner aux chiens pour les rendre plus féroce sur le ring. Cette drogue était évidement illégal en sol américain et les gang de rues s’occupaient de la faire passer du Mexique jusqu’ici. Les traces l’avaient mener dans le Chinatown de l'île de Manhattan.

Son inspection sur l’état de la bête et le lieu de sa mort lui appris qu’elle avait servit d’entrainement pour un chien de combat. Le chien s’était casser une dent en mordant a la jugulaire de la femelle et certain bouteille de bière trouver par terre était a moitié pleine, signe que des hommes étaient ici. Il ne saurait dire combien ils étaient, mais quatre hommes étaient ici, peut-être cinq tout au plus. Le chiot avait du échapper a leur vue en restant cacher, a cette réflexion, Keiji caressa la tête du petit chien qui dormait a présent dans son manteau.  Reconstituer les faits dans sa tête était insupportable, mais il devait le faire. Retroussant la manche de son manteau pour mieux voir le bracelet a son poignet qui était équiper d’un seul bouton sur lequel il appuya.


- Activation ordinateur central, mot de passe : Keiji est sexy. dit-il

L’écran s’alluma subitement et fit une petite projection en trois dimension d’un écran holographique muni d’un clavier d’ordinateur.

-Pares-feu activer, contact réengager, connexion établi, Nous sommes a nouveau en ligne monsieur. Avina est réveiller. Bonjour monsieur, cela fait longtemps, comment allez-vous, déclara une voix féminine sur un ton suave.

-sa peut aller, Avina, active le mode détective, je suis sur une affaire de drogue, accède à mes fichiers, tu y trouvera mes dernières découvertes.

-bien monsieur, c’est fait, sale affaire a vrai dire. Je détecte de nouvelle forme de vie active dans votre habitat, dois-je activer les systèmes de sécurité létal monsieur ?,

- non surtout pas, j’ai agrandit ma meute depuis ton..sommeil.

-très bien, monsieur, j’active mes fonctions de gestion domestique primaire et secondaire

-parfait, je ferais les présentations une fois a la maison, maintenant revenons a notre affaire. je suis sur une scène de crime, fait un scan des lieux et refait une reconstitution s’il-te-plait.

-bien monsieur.

L’écran projeta une série d’arc de lumière bleu autour de Keiji, analysant chaque objet qu’il affichait sur un écran holographique.

-Analyse terminer, la chienne est une femelle âgée de 5 ans, de race inconnu, mais elle comporte les gènes de trois chiens différent, berger allemand, labrador et  rottweiler. Elle souffrait de malnutrition et de déshydratation légère. Des blessures partielles sont visible sur les flans de l’animal, mais la cause de la mort est une grave hémorragie à la gorge. Après analyse, la taille de la mâchoire nécessaire pour cause de telle dégâts sur la gorge et les autres partit du corps ne peut appartenir qu’a un seul chien, un doberman, mâle. Je dénote que la femelle a blesser le chien durant le combat.

-comment ?!, demanda Keiji surpris et à la fois fier que la femelle ait put se défendre

- les particules de sang détecter sur ses crocs et sa langue laisse supposer qu’elle a mordu le doberman a une patte.

-d’accord, alors relatons les faits à présent, Des hommes arrivent avec un chien de combat, un ou tous ont de la bière avec eux. Ils utilisent la chienne comme entrainement pour un futur combat, un combat pour ce soir, le goût du sang motiverait le chien de combat à être plus agressif. La bête se bat contre la chienne qui défend son territoire et son petit, cacher et meurt, elle n’avait aucune chance. Ce combat devait avoir lieu très tôt et pas très loin, un chien de combat étant difficile à maîtriser une fois lancer et faire disparaître les chiens perdants rapidement demanderait un grand espace  pour les brûler sans laisse de trace ou d’odeur. De l’acide, non,  compliquer a manipuler et l’odeur attirerait la police avec les plaintes, les brûler naturellement est également à oublier, le cas de l’odeur serait pareil.  Une boucherie serait plus adéquat, l’équipement est là et ensuite, les restes peuvent être transporter ailleurs, voir balancer directement dans les égouts.

-votre analyse est sordide, monsieur, mais pas impossible. je lance une recherche de corélation avec les faits présent et il se trouve qu’une boucherie se trouve à  200 mètres de votre position, entre Bayard Street et Mott street, l’arrière de la boutique comporte également une bouche d’égout. Les possibilité que les triades en aient le controle  sont de 90 % malgré les conflits entre les différents groupes émergent dans le secteur monsieur, je vous conseille d’être prudent et de manger quelque chose en chemin,  votre taux de fer est bas et votre besoin de vitamines A et C sont allarmant.

-sa va, j’suis pas près mourir d’inanition non plus, dit-il sur un ton agressif en fronçant les sourcils, merci de inquiétée,  tu peux faire une analyse pour mon petit copain par exemple. ajouta-t-il sur un ton plus poser

-bien monsieur, analyse en cours,  analyse terminer. le sujet présente des carence multiples, déshydratation légère et il est possible qu’il ait des puces. je suggère un repas riche en protéines et un apport d’eau fraîche, le plus vite possible ainsi qu’un bain et un traitement contre les puces. Sinon, il ne comporte aucun autre symptômes montrant qu’il est atteint d’une quelconque maladie.

-merci Avina, reste en stand-by pour le moment. aller mon grand, on va manger, t’as envie de brochette de bœuf ?, tu vas voir tu vas adorer.

Il sortit de la ruelle et suivit le trajet gps indiquer sur l’écran de son bracelet après avoir désactiver les écrans holographiques. Il trouva un restaurant chinois ouverts avec des tabourets à l’extérieur face au comptoir et a l’employé. Une fois assis, il passa une commande et le chiot semblait avoir repris un peu plus de vigueur après avoir humer les délicieuses odeur qui se dégageait de la cuisine du restaurant.  Il sourit en entendant le ventre du chiot gronder et lui caressa la tête le temps que son repas arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ð Toxic ð
PERFECT MEMBER

Toxic


    La Résistance
      catégorie 2

Messages : 22
Date d'inscription : 12/03/2014
Points RP : 14


Un nouveau défi commence (pv Toxic) Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau défi commence (pv Toxic)   Un nouveau défi commence (pv Toxic) Icon_minitimeMar 8 Avr - 1:52






Un nouveau défi commence.








KamikazeToxic

Ce matin là, elle ne savait pas ce qui allait arriver quand elle se lèverait. Depuis sa rencontre avec Hébé, son anglais s'améliorer nettement. Yéléna découvrait simplement et en prenant bien soin de s'en délecter de cet aperçu d'amour maternel dont elle avait été tant sevrer. Hébé n'hésitait pas non plus a lui en dispenser sans compter. Mais ce matin là, Yéléna ressentit le besoin de sortir, de partir seule dans les rues de la ville, retrouver un peu de cet atmosphère particulière qui régnait chez les SDF. Elle s'était habillé d'un jean usé sous lequel elle avait enfilé un caleçon long, il faisait encore frais dehors et elle comptait bien passer la nuit dehors justement. Avec son jean elle enfila un T-Shirt troué sous un pull en laine rapiécé de partout, le tout sous une espèce de grosse veste de bucheron canadien qui cachait sa silhouette frêle et qui la faisait plus jeune qu'elle n'était. Deux paires de chaussettes pour entrer sans trop de difficulté dans ses rangers récupérés lors d'une dernière sortie et c'était bon, elle était prête. Elle fit juste l'effort d'envoyer un texto a Hébé pour ne pas l'inquiéter et elle sortit.

Elle retrouva l'univers des gens de la rue avec délice. Elle était des deux mondes et retourner dans cet endroit oublié de tous, là ou les gens échouaient a force de trop de malheur c'était comme retrouver de vieux amis qu'elle ne connaissait pas. Elle passa sa journée au côté de Renée, une française qui avait émigré il y avait soixante quatre ans, qui avait rêvé d'une autre vie, d'une vie dans laquelle elle se voyait vivre d'autre chose que d'un boulot de serveuse dans un petit café obscur de Paris. Elle avait voulu vivre le rêve américain, mais le rêve s'était transformé en cauchemar et elle avait fini a la rue et y vivait depuis maintenant quarante trois ans. Elle ne parlait pas beaucoup mais vivre dans la rue vous donnez un bon sens de l'observation et Yéléna avait tout déduit de ce qu'elle avait pu observer de Renée.

Elle avait appris a connaître des recoins de New-York qu'elle ne connaissait pas, Renée lui avait donné de précieuses informations sur cette ville, maintenant Yéléna saurait par quelle ruelle on pouvait fuir pour échapper aux flics, quels squats étaient sûrs et lesquels ne l'étaient pas. Renée lui avait fait promettre de ne pas s'approcher d'une boucherie se trouvant entre deux rues sordides. La rumeur disait que les sdf qui s'y aventurait disparaissait et ne réapparaissait jamais. Yéléna avait promis, elle savait que les rumeurs chez les SDF étaient fondées. On ne se mentait pas dans ce monde, ça ne servait a rien, on se serrait les coudes, on protégeait le voisin et le voisin nous protégeait en retour. C'était comme ça dans la rue, la solidarité était le moteur de leur survie. Elle quitta Renée aux alentours de onze heure et alla proposer ses services a un restaurant chinois pour payer son déjeuner. Le patron, un asiatique a la mine sympathique et a l'embonpoint plus que visible lui fila une chemise a mettre a la place de ses couches vestimentaires et elle commença son service. Une fois qu'il fut fini, elle rendit la chemise au patron qui lui demanda si elle avait un endroit où la joindre au cas où il aurait encore besoin d'elle, elle donna la signalisation de Renée et s'attabla a côté d'un homme, aux environs de vingt-cinq ans, a l'allure de SDF et a l'odeur d'alcool persistante. Elle ne dit rien se contentant de manger sans rien dire, appréciant le repas chaud qui la réchauffer et qui lui permettrait de pouvoir vagabonder a sa guise dans les rues. Elle ne put s'empêcher de zyeuter le chiot qui était sur les jambes de son voisin et de le trouver adorable malgré la couche de crasse et l'odeur nauséabonde qu'il dégageait.

-Ça être joli chiot, fit-elle, il être a toi ?  

Son anglais s'était vraiment amélioré grâce a Hébé même si son accent allemand était a couper au couteau et qu'elle faisait encore beaucoup de faute de conjugaison ou de vocabulaire. Yéléna savait être patiente et cela jouait certainement sur son apprentissage. Si elle n'arrivait pas, elle persistait jusqu'à y arriver sans problème. Mais elle avait encore d'énorme lacune a combler et cela prendrait du temps.

-Je peux caresser chien ? Demanda-t-elle poliment a ce qui s'apparentait au propriétaire du chiot

Elle attendait la réponse quand un groupe de trois hommes, l'un grand et taillé comme une armoire a glace, le deuxième avec un costume couteux et qui avait le regard d'un rat et le troisième grand mais sec, pénétrèrent dans le restaurant pour se diriger droit sur son voisin. Ils parlaient trop vite pour qu'elle comprenne quoi que ce soit mais elle savait rien qu'au ton de la voix que son voisin avait mis le nez dans quelque chose qui ne le regardait pas. En temps normal elle n'aurait rien dit ni rien fait, parce que ça ne la concernait pas le moins du monde mais l'homme a côté d'elle avait tout d'un SDF et comme dit plus haut on s'entraidait entre voisin non ? Aussi, alors que le grand sec avait attrapé l'autre par le col de sa chemise et que le grand baraqué s'apprêtait a lui asséner une série de coup de poing dans le ventre sous le regard plus que satisfait du riche au regard de rongeur. Elle intervint alors que son voisin s'était déjà pris au moins deux ou trois coup de poing. Elle se posta devant le grand baraqué et lui cracha au visage. Ce crachat était composé en grande majorité de venin de crotale diamantin rouge qui paralysait sa proie. Et avant que l'autre ne puisse agir elle cracha sur la main du grand sec a nouveau, un crachat qui avait la même composition que l'acide chlorhydrique. Elle finit par attraper la main du SDF, elle choppa le chiot de l'autre et l'entraina en courant en dehors du restaurant pour trouver au moins cinq gardes du corps qui les attendaient. Elle soupira et analysa la situation, la ruelle de secours était derrière les cinq hommes pour bien faire et elle courrait le risque d'affecter le jeune asiatique si elle utilisait son pouvoir, sans compter les passant.

Elle analysait encore les risques et tout ce qui en découlerait quand le riche sortit et cria des mots qu'elle ne comprenait pas, comme du russe qu'on parlerait sous l'eau. Elle savait parler russe, sa mère lui parlait dans cette langue quand elle descendait dans le laboratoire de son père. Elle resserra sa prise sur l'asiatique quand elle vit les hommes tentaient de les encercler. Et elle paniqua, un peu, parce que l'un des hommes ressemblait a son père. Comme en réponse son pouvoir s'actionna et libéra une importante dose de substance psychotrope volubile qui agit quasi-instantanément sur toutes les personnes présentes. Et elle profita de la confusion générale pour tirer l'autre a l'abri. Elle l'entraina dans la ruelle et ne le lâcha que quand ils furent a l'abri dans un des nombreux squat que Renée lui avait montré le matin même. Si elle savait libéré des psychotrope elle savait aussi, a force d'apprentissage, libérer son antidote et elle put « soigner » l'asiatique pour qui elle avait utiliser ce pouvoir qui la terrifiait, comme un monstre sous le lit dont on n'arrive pas a se débarrasser.

-Je m'appeler Yéléna...Toi comment t'appeler ? Et que vouloir hommes a toi ? Demanda-t-elle en caressant le chiot qui lui quémandait des caresses tout en lui léchant les mains. Endroit sûr...Mais homme pouvoir trouver

Elle était épuiser, utiliser en un laps de temps aussi court tant de son pouvoir l'épuisait toujours et elle avait la tête qui tournait un peu aussi s'assit-elle....ou plutôt s'écroula-t-elle sur un vieux fauteuil défoncé. Le squat n'était pas une forteresse imprenable et la solidarité pouvait rapidement se disloquer quand il était question de vie ou de mort...Ou d'argent ce n'était donc qu'une question de temps pour que le riche ne les retrouvent.


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hetaliasweetmadness.forumgratuit.org/

ð Keiji Hanatori ð
PERFECT MEMBER

Keiji Hanatori


    La Résistance
      Catégorie 0

Messages : 290
Date d'inscription : 28/02/2011
Points RP : 108


Un nouveau défi commence (pv Toxic) Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau défi commence (pv Toxic)   Un nouveau défi commence (pv Toxic) Icon_minitimeMer 16 Avr - 20:32

(dsl pour l'attente et la longueur du texte, j'ai eu une grande pousser l'inspiration Razz)

Keiji caressait la tête du chiot qui se léchait les lèvres, impatient de voir et manger ce qu’il aurait. entre temps, on lui apporta de quoi boire et patienter. pour lui ce fut une tasse de thé noir, bien chaude et sucré comme il le désirait, mais pour le chiot ce fut un bol d’eau fraîche qu’il but trop vite, au point de se remplir la truffe d’eau. Son repas lui fut amener, des brochettes de bœuf avec des légumes cuit a la vapeur avec du riz blanc. Un classique, voir un clicher, mais Keiji s’en fichait royalement, c’était savoureux et sa sentait bon.

Alors qu’il découpait un cube de bœuf en petit morceau avec ses baguettes, qu’il donnait au chiot qui lui les gobait en un rien de temps, une jeune fille vint s’asseoir a côté de lui. Il n’y fit pas attention jusqu’à qu’elle s’adresse a lui et lui demande si le chiot lui appartenait. Son accent allemand était très prononcer, mais son anglais était correct, bien que basique.


-oui, il est a moi, dit-il avec un sourire triste, depuis quelques minutes en fait.

Il mangea un peu et laissa la jeune fille caresser le chien lorsqu’elle le luit demanda, après tout pourquoi refuser, il n’avait pas la rage et était le type même de chien a vite réconforter face à un environnement nouveau. Alors qu’il buvait une gorgée de thé, il vit du coin de l’oeil trois ombres s’approcher vers eux. La silhouette de trois hommes se dessina peu a peu et ils l’entourèrent dès qu’ils furent face a lui. Leurs allure déterminer et leurs attitude menaçante laissait penser que ces hommes ne lui voulait pas du bien.

- c’est lui ?, demanda face-de-rat en pointant du doigt le japonais

-ouais, répondit le grand sec

-Si vous avez un truc a dire, déclara Keiji, dites le maintenant ou casser vous

L’un des hommes le saisit subitement part le collet et le menaçait de son poing.

-écoute ptit con, on t’a vus traîner part ici trop souvent et nous on aime pas les fouineurs, alors un conseil, tu dégage d’ici ou sa vas sentir le sapin pour toi.

-j’suis étonner que vous aimez pas les fouineurs, vue la gueule de ton copain, j’aurais crus le contraire, déclara Keiji en affichant un sourire cynique tout en désignant du regard Face-de-rat.

Ce dernier prit très mal la remarque et décocha un crochet du doigt sur la mâchoire de Keiji,  le japonais aurait voulut répliquer, mais il avait un chiot sur lui et il ne voulait pas griller sa couverture maintenant. Alors il encaissa les coups sans brocher, deux coups de poing a l’estomac lui coupèrent le souffle et un troisième lui fit cracher un peu de sang au sol. Il dut son salut a la jeune fille qui intervint de manière assez étrange. Tout ce qu’il compris fut que ce fut très douloureux pour les trois hommes, l’un d’eux hurlait même de douleur. Une main l’attrapa et soudainement il vit que cette main était fait de chair décomposer, il voulut la lâcher, mais sa main ne voulait plus lui obéir. Il vit, alors, autour de lui des centaines de morts-vivant, leur habit était familier, mais différent pour autant. Il compris soudainement qu’il voyait ceux qu’il avait tuer durant son existence sur terre, des samouraï du shogunat Ashikara,  les russes du temps de Raspoutine, les soldats français de Louis XVI et bien d’autres encore. Il vit aussi ses propres enfants, né a différent moment aussi avec leurs mères, les femmes qu’il avait aimé. Il était dans un cauchemar, rien d’autre, ce devait être un mauvais tour causer par Inari, une épreuve de plus imposer par les dieux de Ama. La main le lâcha soudainement, il se trouvait a présent dans une pièce au mur qui bougeait sans cesse, les meubles semblaient être vivant et il jurerait avoir vue un fauteuil lui sourire, montrant deux lignes de crocs pointu comme des pointes de lance.

-ton jeu ne marche pas avec moi, hurla-t-il en japonais, tu entend Inari !!, tu peux ranger tes merdes et aller te faire foutre !, ton truc marche pas sur moi !!!

Et il fut prit d’un fou rire de dément jusqu’à sentir la chaleur des mains sur son visage. Les murs cessèrent de bouger, les meubles étaient normaux a présent et il vit le visage fatiguer de la jeune fille. Était-elle la cause de tout ceci ?. Il n’avait pas de preuve, mais elle avait causer quelque chose qu’elle avait ensuite inverser. Il mit ces pensé de côté et regarda autour de lui, inspectant du regard l’endroit ou il se trouvait a présent. Un squat de sdf, apparemment. Rien d’un palace, mais juste ce qu’il fallait pour avoir un minimum de confort et de chaleur. La jeune fille se présenta sous le prénom de Yéléna.

-Ces hommes sont dangereux, dit-il en allemand, des hommes mauvais, nomme un trafic et ils sont dedans, c’était des russes, mais ils font équipe avec les triades chinoises dans le quartier. Moi c’est Keiji et lui c’est un survivant. J’enquête sur un trafic de combat de chien, j’ai trouver une chienne dans une ruelle,  pas bien loin d’ici, massacrer par un chien de combat. Le petit que tu caresse était son chiot, je l’ai trouver cacher dans un tas de débris. Et s’il nous trouves, Yéléna, je me charge d’eux. Personne ne te feras de mal, ni a toi boule de poil !.

Il se mit a fouiller la cachette, espérant y trouver une arme ou quelque chose pouvant en être une, mais tout ce qu’il trouva fut des gobelets en papier et des fourchette en plastique sale. Il entendit des cries dehors, des ordres donner en russe vint jusqu’à lui. Les mots étaient simples, ‘’ fouiller partout, trouver moi ces sales clodo !!’‘. Ils allaient bientôt trouver la cachette et les tueraient tout les deux, sinon pire. Il se passa une main sur le visage, cherchant une solution pour les sortir de ce merdier. Il ne voyait qu’une alternative, sortir et ce battre, laisser le temps a la petite de fuir avec le chiot. Il la retrouverait plus tard...ou pas. A cet instant, il pensait a ses pouvoirs et comment leurs utilité lui manquait, mais il chassa immédiatement cette penser de sa tête. Il ne les avait plus et devait faire avec.

Il fit une deuxième fouille et trouva un reste de ruban adhésif de construction gris et commença a l’étendre sur ses mains, comme les tissus protecteur que les boxeurs mettent avant d’enfiler des gants de boxes. Il allait se battre longtemps et sa la dureté de sa peau de Amatsu-kami, il était vulnérable aux blessures humaines.


-je vais sortir, dit-il en se levant pour se diriger vers la porte, attend deux minutes et après tu sort avec le chien et tu-fou-le-camp !. Je suis sérieux Yéléna, ces types vont pas t’épargner parce que t’es jeune, ils te tueront sans hésiter s’ils en ont la chance !, alors ne la leurs donne pas !.

Puis il sortit en refermant la porte derrière lui. Respirant a plein poumon, il trouva rapidement le trio de malfrat, épauler part une dizaine d’homme qui fouillait chaque porte ou menaçant un vieil sdf cacher sous une boite de carton.

-hey! les connards, c’est moi vous cherchez, cria Keiji, ben j’suis là !

-Mikael , dit Face-de-rat, tue le

L’homme appeler Mikael s’avança en souriant,  encourager part ses acolytes. L’homme était une armoire a glace et dominait Keiji en taille et poids a plusieurs reprise, mais le japonais restait de marbre. Mikael ferma son poing et décocha un direct du droit fulgurant, mais Keiji répliqua d’un coup sec et le grand Mikael hurlait de douleur en se tenant l’épaule droite qui formait un angle inquiétant.

-y m’a disloquer l’épaule cet enfoiré !, grogna Mikael

-je m’en fou, tue le, lacha Face-de-rat

Mikael obéit, mais semblait moins confiant, alors que Keiji gardait la même attitude froide et sévère. Le grand russe enchaîna une série de coup de poing et de pied que Keiji évitait sans problème,  jusqu’à lâcher un martèlement de coup de poing sur les cotes du colosse. Un craquement écœurant s,en suivit et Mikael était a genou a présent, incapable de bouger a cause de la douleur. Alors, Keiji lui fit rencontrer son genou en plein visage et l’homme tomba sur le dos pour ne plus bouger, le nez en sang.

-next, dit sèchement Keiji en crachant au sol.

Les hommes restant sortir leur arme de prédilection, couteau, machette, poing américain ou tout ce qui pouvait servir d’arme sous leur yeux comme des bouteilles qu’ils cassèrent pour avoir des pointe tranchante, des planche de bois ou des tuyau de plomberie trouver dans des poubelles. Serrant les poings et les ramenant près de son visage, un mince sourire apparue sur les lèvres du japonais après avoir étudier chacun de ses adversaires. Il ignorait s’il allait gagner, il ne pouvait pas le prévoir, mais il savait une chose, c’est qu’il allait s’amuser !.

Les hommes commencèrent part l’encercler, près a attaquer, mais hésitant pour savoir lequel allait attaquer en premier. Un des hommes, armé d’une planche de bois, fonça, incapable de supporté d’avantage la tension du combat. Keiji le vit et sauta en tournant sur lui même, cueillant l’homme en plein visage avec son pied, l’envoyant au sol ou il ne bougea plus. Deux autres chargèrent, l’un armé d’un couteau a cran d’arrêt et le deuxième tenait une machette percer de trou le long du côté non-tranchant de l’arme. Leurs coups étaient rapide, forçant Keiji a reculer pour éviter de se faire découper. Un troisième, armé d’une barre de fer, profita de l’occasion pour frapper Keiji derrière la tête, mais les réflexes de Keiji lui évitèrent une sévère commotion puisque la barre lui frôla le visage lorsqu’il se pencha pour l’éviter. Il s’en saisit des deux mains, repoussa l’homme au couteau d’un coup pied avant de désarmer son adversaire du moment avec un solide coup a la gorge avec la main a plat. Il ajusta sa prise sur la barre de fer en là fessant tourner dans sa main, s’habituant au poids avant assommer son adversaire qui tentait de reprendre son souffle d’un coup sur la tête.

Les souvenirs de sa lance perdu, en même temps que ses pouvoirs, lui remontèrent en tête lorsqu’il frappait ses adversaires. Il maniait son arme actuel comme sa fameuse lance, se faufilant entre ses adversaires avec la grâce d’un danseur, tournant dans ses mains comme si c’était une extension de ses bras. Il fessait mouche a chaque coup, frappait a deux ou trois reprise ses adversaire avant de les envoyer au sol, comme il le voulait. Son arme lui manquait, tout comme le reste, mais il ne devait rien laisser paraître, sinon il se sentirait faible, inutile sans ses pouvoirs.


-je ne suis pas faible, murmura-t-il pour lui même alors qu’il frappait Face-de-rat au ventre, le soulevant de terre sous le choc avant de l’envoyer au sol ou il y resta en se tenant le ventre en geignant sous la douleur.

C’était le dernier à vaincre, les autres étaient à terre, assommer ou entrain d’endurer la douleur de leur membre briser ou blesser. Keiji se mit a fouiller Face-de-rat, ce dernier tentât de protester, mais le japonais l’envoya dans les bras de Morphée d’un coup solide coup de poing. Il trouva finalement ce qu’il cherchait, le téléphone portable de l’homme. Il l’alluma et fronça les sourcils en voyant qu’un mot de passe était nécessaire pour presque tout. Il s’éloigna et activa son bracelet qui produisit le même écran holographique de tout a l’heure.

-Avina,  essaie d’acceder et de casser les mot de passe du téléphone que je branche à mon bracelet, trouve tout ce qui pourrait être lier a mon enquête s’il te plait.

-très bien, monsieur, piratage en cours,  j’ai accès a une partie des documents et liste d’appel passé sur ce téléphone.

-comment ça juste une partie ?.

- Cet appareil possède une dizaine de fichier crypté qui nécessite chacun un mot de passe différent, un programme est implanté a chacun de ces fichier qui change le mot de passe toute les dix minutes,  l’envoie du mot de passe est encore inconnu, recherche en cours. recherche terminer, il semble que le destinataire des mot de passes, soient en faite deux ordinateurs, l’un se trouvant à Moscou et l’autre à Hong Kong. Dois-je tenter une infiltration sur ces ordinateurs monsieur ?.

- non pas pour le moment, que donne les autres documents et les appels ?.

- les documents non scellé contiennent plusieurs fichier de vidéo pornographique, de photo de femme nue inconnu, mes analyses disent que la plupart des femmes sur les vidéo et les photos doivent avoir entre 15 et 19 ans. Je pense que le détenteur de ce téléphone était un macro ou trempait dans le trafic d’être humain, plusieur appel le prouve monsieur, d’autre font référence a des ventes de stupéfiant et d’armes, mais deux ont un lien avec votre affaire.. Il semble aussi que le propriétaire de ce téléphone, un certain Yorgi Sova, ait enregistrer chacun de ses appels, que ce soit avec des membres de sa famille ou les complices de ses différents trafic.

-très bien, alors copie les photo, les vidéo et les relever d’appel avec les enregistrements audio et classe les dans des dossiers différent, verouille les avec un mot de passe.

-très bien monsieur, quel mot de passe désirez-vous ?

- mot de passe en trois mots, injustice, seul, peur. Nom du dossier principal, do svidaniya. Et fais moi entendre les deux appels

-Bien, monsieur.
La voix de Avina laissa la place à celle de deux hommes parlant en russe.

-Yorgi ?!, alors combien pour ce soir ?

- dix milles, plus cinq si le tigre gagne.

-ok, ajoute moi, je met vingt

-second appel, monsieur

-Allô ?

-Putain, mais c’est quoi cette merde ?!, j’ai perdu trente milles dollars a cause de ton champion

-Yorgi, Yorgi !!, attend, c’est pas ma faute !!.

- tu vas me rendre mon fric ou j’te jure que tu finit dans le ring.

-t’inquiète, j’ai un autre champion avec moi, un vrai monstre. Il est justement entrain de s’entrainer sur un cleb qu’on a trouver dans la ru...oufff putain, y vient lui arracher la gorge. jte jurge cette bête c’est un monstre. Il va faire un malheur.

-j’espère pour toi, où tu vas aller faire combattre ?

-Chez Tsong, le vieux qui tien la boucherie

-ok, j’y vais dans cinq minutes, mais avant j’vais me charger d’un problème

-lequel ?

-un ptit con qui fouine un peu trop dans secteur, mes gars l’ont vue dans coin pendant plusieurs jours, y croyait que c’était juste un clodo de plus, mais moi j’crois c’est autre chose.

-ok, a plus.

-on dirait que Yorgi parlait de vous monsieur, le combat dont parle l’autre homme doit ce dérouler en se moment. Dois-je allerté la police monsieur ?.

-non, un seul combat est suffisant pour une descente, mais il leur faudrait du temps pour organiser tout ça. je vais y aller, réunir des preuves et après on leur envoie l’info avec les dossiers compromettant. , Aller, active le programme big brother et branche toi sur les camera entre Bayard Street et Mott street, dit moi s’il y a de l’activité dans le coin.

-très bien, piratage des caméra en cours, il y a de l’activité humaine dans le coin, mes analyse de reconnaissance facial ont détecté quatre membres reconnu des triades part la police, dont deux rechercher pour meurtre. Ils se dirigent vers la boucherie, ils viennent d’y entré, monsieur. Une camionnette viens juste d’entré part la ruelle arrière. Mes analyses du poids du véhicule, du langage corporels des hommes et des probabilités que le combat de chien se déroule a cet endroit sont de 80 % monsieur.

- et les miennes de 100%, merci ma belle Avina, je m’y rend et reste en stand by.

Keiji lança le téléphone sur le corps inerte de Yorgi, puis se tourna vers la cachette de Yéléna, avec un peu chance elle était partie ce pensa-t-il. Il sortit de la ruelle et se dirigea en courant vers la boucherie. Elle n’était pas loin, mais il voulait y être au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ð Keiji Hanatori ð
PERFECT MEMBER

Keiji Hanatori


    La Résistance
      Catégorie 0

Messages : 290
Date d'inscription : 28/02/2011
Points RP : 108


Un nouveau défi commence (pv Toxic) Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau défi commence (pv Toxic)   Un nouveau défi commence (pv Toxic) Icon_minitimeMer 21 Mai - 19:20

sujet abandonner
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ð Contenu sponsorisé ð
PERFECT MEMBER






Un nouveau défi commence (pv Toxic) Empty
MessageSujet: Re: Un nouveau défi commence (pv Toxic)   Un nouveau défi commence (pv Toxic) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Un nouveau défi commence (pv Toxic)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Nouveau Codex impérial !
» Question sur le Nouveau Halo Reach
» La cocaine debarque à nouveau en haiti
» Le Nouveau 'Gouverneur" de la Minustah le Canadien Nigel Fischer se Fache

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Civil War RPG :: Civil War :: New York :: Les rues-